Présidentielle 2019 : La Plateforme « Ëtu Jamm » forme et déploie ses observateurs sur le terrain


La Plateforme de Veille des Femmes pour la Paix et la Sécurité (PVFPS) aussi appelée « Ëtu Jamm » (Espace de paix) organise une formation des observateurs, journalistes moniteurs, opérateurs et femmes leaders, ces 21 et 22 février 2019 à Dakar. Organisée en partenariat avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme – Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest (HCDH-BRAO), cette formation œuvre pour la mobilisation et la médiation en vue de la prochaine présidentielle apaisée. Elle permettra d’outiller les parties prenantes à la prise en compte du Genre, des droits humains, ainsi qu’à l’observation électorale.

La formation a vu la participation de soixante (60) observatrices affiliées aux organisations de la Plateforme de veille, vingt (20) journalistes moniteurs, dix (10) opérateurs et dix (10) femmes leaders venant des quatorze (14) régions du Sénégal.

« 60 femmes observatrices sont formées et impliquées au processus de l’élection présidentielle pour une mission d’observation probante et réussie. 20 journalistes sont formés au monitoring de la violence électorale, au reporting des informations relatives au processus électoral et la prise en compte de la dimension genre. Les 10 opérateurs sont formés au processus électoral, associés à la salle de veille, pour réceptionner les informations relayées par les journalistes et les observatrices, retransmises au staff technique coordonnant les analyses de données. Enfin les 10 femmes leaders et expertes se=ont renforcées pour analyser et traiter les données du processus électoral transmises à la Salle de Veille de Femmes en temps réels », a tenu à détailler Mme Penda Seck Diouf, la Présidente de « Ëtu Jamm ».

La Plateforme « Ëtu Jamm » est composée de cinquante (50) organisations féminines provenant de diverses sensibilités, et de réseaux de femmes et d’universitaires. Elle est coordonnée par l’ONG Femmes Africa Solidarité.

Daniel Atchebro, le représentant régional du HCDH, SEM Andrea ORi, a salué cette initiative de la Plateforme de Veille des Femmes pour la Paix et la Sécurité (PVFPS) avant de rappeler le climat tendu de la présidentielle du dimanche prochain.

« Nous savons tous la tension dans laquelle se déroule ce processus surtout avec la nouvelle modification du code électoral. Mais le Sénégal a toujours surmonté ses tensions grâce au rôle de la société civile », a laissé entendre M. Atchebro non sans féliciter les membres de la Plateforme pour leurs efforts.

La formation est animée par Mme Penda Seck Diouf, Professeur Oumar Ndongo, Mme Oumoul Khayri Niang, Mme Aminata Kébé, Mme Isatou Harris…

Cette initiative rentre dans les objectifs de la Plateforme de Veille des Femmes pour la Paix et la Sécurité que sont : la promotion de la paix, le dialogue social et la participation inclusive des femmes et des jeunes à un processus électoral libre, équitable, transparent et non violent.